Ce salon, qui se tient depuis 12 années, rassemble les équipementiers et les grands donneurs d'ordre, et représente une convention d'affaires du bassin méditerranéen et des rencontres B2B, et permettra, de ce fait, « d'échanger sur l'état des lieux et le développement automobile au Maroc », a indiqué, jeudi à Tanger, le vice-président de l'Association marocaine pour l'industrie et la construction automobile (AMICA), et président du comité d'organisation de l'AMT, Rachid Machou, lors d'une conférence de presse.

Etant donné l'essor du secteur automobile au Maroc, et le développement auquel il est promis, ce salon sera aussi « l'occasion d'étudier les possibilités d'élargir la gamme de produits construits au Maroc, et de commencer à les développer », a ajouté M. Machou.

De son côté, le président de l'AMICA, Mohamed Lacham, a noté, dans une déclaration à la MAP, que l'industrie automobile est le premier secteur exportateur du Maroc, se réjouissant du fait que les résultats du plan d'accélération du plan industriel son « très satisfaisants en matière d'emploi et de chiffre d'affaires à l'export, et en matière du taux d'intégration locale. »

Le secteur automobile ambitionne de dépasser les 200 milliards de dirhams de chiffre d'affaires dans les six prochaines années; une perspective envisageable, selon des documents de l'AMICA, grâce au développement de la capacité de production des usines qui « devra atteindre un million de véhicule d'ici 2025 ».

Initié par l'AMICA, en partenariat avec le ministère de l'Industrie, de l'Investissement, du Commerce et de l'Economie numérique, et l'Agence marocaine de Développement des investissements et des exportations, l'AMT réunira près de 150 acteurs de la filière automobile, notamment les constructeurs et équipementiers, les bureaux d'études et les logisticiens venus d'Allemagne, d'Espagne, de France, d'Inde, d'Italie, du Portugal et du Royaume-Uni.