Il est marocain natif de Casablanca et acteur majeur de la vie artistique en Norvège. Belle rentrée pour Miloud Guiderk : mercredi 20 septembre, le Conseil de la Culture Norvégienne (CCN) a consacré son travail de 40 années en ce domaine, en lui décernant le Prix d’honneur 2017 du CCN. Une fierté pour la communauté MRE et même pour tous les Marocains des deux rives. Ce prix institué depuis 1968, représentant une valeur de 600.000 couronnes norvégiennes, récompense chaque année des personnalités du royaume scandinave pour leur action en faveur de la promotion de l'art et de la culture en Norvège. C’est dire toute l’importance donnée par ce pays à l’art et à la culture en général, signes civilisationnels primordiaux. La présidente du Conseil, Tone Hansen considère la contribution de Miloud Guiderk comme « une force motrice qui a profondément marqué la vie culturelle norvégienne », (communiqué du Conseil sur son site internet).

La famille du Conservatoire de Casablanca

Miloud Guiderk est organisateur de concerts de musique depuis plus de 40 ans dans ce pays nordique où il est arrivé en 1970. Auparavant, au Maroc, il faisait partie de cette « famille » artistique du Conservatoire de Casablanca, quelques Marocains épris d’art qui fréquentaient assidûment le Conservatoire aux côtés d’étrangers, français pour la plupart, prenant des cours et passant les examens dans diverses disciplines. Miloud Guiderk suivait les cours de théâtre et de pantomime dirigés par le grand acteur Mohammed Afifi, que son âme repose en paix. Guiderk se souvient de son camarade du même cours, Bziz, qui forma plus tard le célèbre duo « Bziz u Baz », avec cet autre artiste humoriste. Afifi et ses étudiants avaient constitué une véritable troupe et école trilingue (arabe, français, espagnol) de théâtre qui se produisait chaque fin d’année au Théâtre de Casablanca de l’époque, dans des spectacles de haute qualité, dont le public était composé de parents et proches des élèves du Conservatoire, ainsi que d’autres personnes amatrices d’art. Miloud Guiderk dont la passion était le théâtre, gagnait sa vie en travaillant à l’Auberge de jeunesse de Casablanca. Là, son destin lui fit rencontrer la femme de sa vie, une Norvégienne qu’il épousa et qui l’emmena avec elle dans son pays natal, la Norvège. Là, ils s’épanouirent dans une vie pleine de défis, de créativité, de réalisations faisant honneur à leur pays, et donnèrent naissance à leur fils unique, Omar. Celui-ci travaille aujourd’hui aux côtés de son père, tout en étant membre du CCN. Si le couple se sépara il y a près d’une dizaine d’années, il entretient une bonne relation amicale, et Miloud ne s’est pas remarié à ce jour.

Du théâtre à l’événementiel musical

A ses débuts en Norvège, Miloud Guiderk exerça quelque temps comme infirmier dans un hôpital au sein d’un service réservé à des enfants handicapés mentaux. Parallèlement, il cherchait à reprendre ses activités artistiques, spécialement dans le théâtre. Mais, là encore, le destin le conduisit sur une autre voie, la musique, domaine où il se lança dans l’organisation de spectacles. « Dans les premières années, je ne bénéficiais d’aucune subvention ni d’aucun sponsoring, raconte-t-il. Je me démenais par mes propres moyens, mes efforts personnels ». Par sa volonté de réussite et sa persévérance, il parvint à créer sa propre société de production et scène de théâtre, Cosmopolite, qui fêtera en novembre prochain ses 25 ans. « Guiderk est un pionnier dans son domaine et il a franchi de grands pas sur cette voie grâce à des efforts indéniables », indique le communiqué du CCN. Puis d’ajouter : « Au cours des 25 dernières années, il a fait de la scène Cosmopolite une arène de grande qualité artistique, tout en proposant des différentes voix au public norvégien ».

Volonté, persévérance et humilité

Miloud Guiderk offre sur cette scène des concerts de haute facture en y faisant venir parmi les plus grandes stars internationales du jazz, de la world music et de la saoule music. La liste de ces méga-stars qui ont donné des concerts à Cosmopolite est longue mais citons par exemple : Myriam Makeba, Dizzie Gillespie, Garry Mulligan, Youssou N'Dour ,Tito Puente, Sten ,Jimmy Smith, Stephane Grappelli, Bradford Marsalis, Toumani Diabate & The Symmetric Orchestra, Tinariwen, Charanga Habanera, Marva Whitney, Lura,Papa Wemba, Ahmad Jamal Trio, Cesaria Evora, Terry Callier, Jack DeJohnette & Sibongile Khumalo ,Mohammadreza Shajarian, Taj Mahal Trio…

Pour les quinze années de sa société Cosmopolite, Miloud Guiderk avait monté un spectacle rassemblant de prestigieux artistes iraniens et turcs avec la chanteuse marocaine spécialiste des chants du Moyen-âge, et résidente en Espagne, Amina Alaoui. Cette production avait pour thème « De la musique andalouse à la musique contemporaine » et avait été donnée à l’Opéra du Caire en Egypte.

Que prépare-t-il alors pour le 25ième anniversaire de Cosmopolite ? Pour l’instant, en toute humilité, il se dit étonné de recevoir le Prix du CCN, tout en faisant observer que, jusque-là, ce prix n’avait été attribué qu’à des artistes, musiciens, poètes acteurs…, et qu’il est le premier, « non artiste », à le recevoir. Mais être un grand amateur d’art, c’est peut-être aussi être artiste d’une certaine manière.