Hassan El Jai est un acteur aux talents multiples. Il est désormais connu pour ses lectures théâtrales de grands classiques de la littérature. S’inspirant de textes classiques ou d’ouvrages contemporains, Hassan El Jai écrit ses monologues qu’il présente au public avec passion et ferveur. L’acteur s’est fait connaître par sa lecture du célébré roman «  Soufi, mon amour » de l’écrivaine turque Elif Shafak. Mystique, et poétique, son prestation de scène a révélé au public marocain une nouvelle approche artistique. Après le succès de sa représentation « Soufi, mon amour », Hassan El Jai revient cette année avec une autre mise en scène inspirée entièrement de poèmes soufis. Le public de la Sqala a été transporté jeudi dernier par la lecture des poèmes choisis par l’acteur. Avec des messages de paix, de tolérance et d’amour, les mots ont résonné dans la salle comme une mélodie mystique interprétée par l’acteur. Hassan El Jai a trouvé sa voie, celle de partager son intérêt pour les écrits soufis avec son public grandissant.

Trouver sa voie.

Hassan El Jaï est comédien, metteur en scène, coach et professeur. Avant de se dédier complètement au théâtre, sa passion depuis l’âge de 5 ans, Hassan poursuit un cursus scolaire traditionnel. En effet, lorsque Hassan El Jaï a quitté son Maroc natal pour Paris, ce n’est pas pour s’inscrire au cours Florent mais pour rejoindre une prestigieuse école française pour les attachés de presse et des professionnels de la communication. Il quitte ensuite la France pour les Etats-Unis, plus précisément New York où il obtient un master en management des médias. Son cursus artistique ne commence qu’en 2007, au pays de l’oncle Sam dans le  Lee Strasberg Theatre and Film Institute de New York où il passe six mois à suivre des cours cours aux côtés des professeurs de théâtre Mauricio Bustamante et George Loros. De retour en France, il décide de poursuivre son enseignement au célèbre cours Florent où il décroche, la mention d’excellence. Après quelques représentations de pièces de théâtre dans la capitale française, l’acteur décide de retourner dans son pays natal où il se lance dans une carrière d’enseignement de l’art en général, et du théâtre en particulier. Il donne des cours de théâtre aux enfants de la Fondation des Arts vivants avant de rejoindre l’Ecole Nationale de Commerce et de Gestion de la ville de Casablanca pour coacher les étudiants dans leur vie professionnelle. Parmi les sources d’inspiration de l’acteur, il y a les grands dramaturges classiques Shakespeare ou Molière, mais également les grands mystiques soufis comme Al Ghazâlî, Al Junayd ou Shams de Tabriz. Son intérêt grandissant pour la poésie soufi se transforme en action. Hassan El Jai décide ainsi de dédier ses réalisations artistiques à la mise en scène de représentations consacrées uniquement à cette voie mystique de l’islam.